Calendrier de l'avent des jeux vidéo // 9 décembre : The Legend of Zelda A link between worlds

Crédit Photo : Nintendo

Je ne suis pas un grand fan de la saga Zelda. Ce n’est pas une question d’univers, mais plutôt de gameplay. The Legend of Zelda : Ocarina of Time, pour beaucoup un des meilleurs de la série, ne m’a pas emballé plus que ça et j’ai laissé tombé ma partie assez rapidement. Le seul qui m’ait fait levé un sourcil reste l’épisode de la Super Nes : A link to the past.

C’est pourquoi quand Nintendo a annoncé The Legend of Zelda A Link between worlds sur Nintendo 3DS, ce dernier reprenant l’univers du jeu Super Nes, j’ai été curieux. Curieux au point de précommander le jeu et de pouvoir le mettre dans la console le jour J. Autant dire tout de suite que je n’ai pas été déçu du résultat. On retrouve la carte d’A Link to the Past, avec de nouveaux endroits accessibles. Link a désormais la possibilité de se plaquer contre le mur, tel une peinture murale. Le changement de dimension est toujours présent et sera nécessaire pour terminer le jeu. Les objets ne sont plus à récupérer d’un bout à l’autre de l’aventure, mais récupérables dès le début du jeu. Soit vous les louer (auquel cas, ils disparaissent de votre inventaire quand vous mourrez) soit vous les acheter définitivement. Dès lors, vous pouvez attaquer le jeu par le donjon qui vous plaira, sans contrainte d’armes ou d’objets à chercher.

Un des points forts de ce dernier Zelda sur Nintendo 3DS (en attendant Majora’s Mask) sont ses musiques. Réarrangeant celles de l’épisode SNES, elle inclut de nouveaux thèmes spécialement composé pour l’occasion. Le thème principal connaissant de nombreuses variations tout au long de l’ost, je vous laisse avec le thème de Lorule, nom donné au monde parallèle d’Hyrule.

, ,

Toutes les images sont la propriété de leurs propriétaires ou de leurs ayants droit respectifs. Pour toute demande de retrait, merci de nous envoyer un mail à contact[at]youbecom.fr

Commentaires