Devious Maids, si vous ne le savez pas, c’est le nouveau bébé de Marc Cherry, créateur de Desperate Housewives. Et si vous avez aimé la série qui mettait en scène les femmes désespérées de Wisteria Lane, vous devriez trouver de nombreux points communs avec Devious Maids mais avec un résultat bien moins intéressant.

Le pitch est simple : tout commence par le meurtre de Flora, l’amie de Marisol, Rosie, Carmen et Zoila nos héroïnes (comme un air de déjà vu, non ?). Les 4 femmes d’origine hispanique sont domestiques au cœur du quartier de Berverly Hills et elles aspirent toutes à une meilleure vie. Des aspirations que leurs patrons tâchent de rapidement remettre à leur place.

Les raisons qui m’ont poussé à regarder « Devious Maids »

La série a vocation à toucher un public avant tout féminin vous êtes donc en droit de vous demander : pourquoi as-tu tenté cette série étant donné que tu n’es pas dans la cible.

Tout d’abord car en tant que sérievore, je souhaite donner une chance à toutes les séries et que je m’impose de regarder le maximum de pilote possible. Ensuite, le casting de la série était particulièrement alléchant et composée d’actrices que j’avais pu apprécier dans d’autres séries. Je pense notamment à Ana Ortiz (Ugly Betty, Hung, Boston Justice, Over There), Dania Ramirez (Heroes, Entourage, Les Soprano), Roselyn Sanchez (FBI Portés Disparus), Judy Reyes (Scrubs), Rebecca Wisocky (Mentalist, American Horror Story). Mais malgré cela, le pilote ne m’a pas convaincu, pire j’ai lâché au bout de 15 minutes.

Les raisons qui m’ont pousse à arrêter « Devious Maids »

Certes la série s’inspire d’une telenovela comme point de départ mais était-il nécessaire de faire prendre aux actrices ces accents ignobles et quasiment incompréhensibles ? (je ne sais pas si la VF reprend cet aspect) C’est tout simplement insupportable pour mes oreilles. Et je vous vois déjà venir : non je n’ai rien contre l’accent hispanique, j’apprécie particulièrement celui de Sofia Vergara dans « Modern Family ».

Ensuite, les différents personnages sont (tous ?) des gros clichés : le mari volage qui se tape la bonne, la mère possessive qui fait tout pour retenir son fils à la maison, la femme riche qui méprise sa bonne et qui ne fait que de boire, … En ce qui concerne les bonnes, donc nos héroïnes, elles sont quasiment aussi bien apprêtées que leurs patronnes (si on excepte la tenue). De ce côté-là, on a du mal à se dire que c’est représentatif de la majorité des bonnes employées par les riches de Beverly Hills aux États-Unis.

Enfin les dialogues, pour le peu que j’ai pu en supporter, sont assez affligeants. J’avoue que j’attendais mieux de Marc Cherry.

Record d’audiences pour Téva

Tout n’est sans doute pas à jeter et peut-être que je laisserais une seconde chance à « Devious Maids » comme j’ai pu le faire avec d’autres séries. Mais d’ici là, Téva ne pourra pas compter sur moi pour être le 300 001 spectateurs de Devious Maids chaque dimanche soir.

Car oui, même si je trouve cette série d’assez piètre qualité, elle a trouvé son public hier pour sa première diffusion en France, battant même le record de spectateurs de la chaîne pour le lancement d’une série avec 300 000 personnes pour les 3 premiers épisodes. Était-ce le fait que la série est présentée comme le nouveau « Desperate Housewives » ? Sans doute. Les chiffres des épisodes suivants le confirmeront ou non.

En attendant, je souhaite bons vents à Marisol, Rosie, Carmen et Zoila, jusqu’à notre prochaine rencontre ?

Toutes les images sont la propriété de leurs propriétaires ou de leurs ayants droit respectifs. Pour toute demande de retrait, merci de nous envoyer un mail à contact[at]youbecom.fr

Vous aimez Youbecom ? Rejoignez-nous !

Commentaires

Comments are closed.